Que sont les EDPM ?

Trottinette électrique, gyroroue, hoverboard, gyropode ou encore skateboard électrique… Ces nouveaux modes de déplacement occupent une place désormais non négligeable parmi les modes de transports urbains et périurbains comme l’a révélé notre étude* : 22 % des personnes interrogées disent en avoir utilisé au moins une fois et 11 % se déclarent utilisateurs réguliers (au moins une fois par mois). 

Le développement de ces mobilités alternatives, appelées « mobilités douces » a notamment été porté par la trottinette électrique et l’arrivée d’acteurs de mobilité partagée qui a permis d’en généraliser l’usage en simplifier l’accès à ces engins

De plus, depuis le début de la crise sanitaire, 27 % des Français déclarent avoir modifié leurs modes de déplacement habituels. Ainsi, 72 % des 18-34 ans envisagent le recours aux EDPM pour se déplacer*.

 

Mais cet essor rapide a fait émerger des comportements à risque, par manque de pratique et par méconnaissance des règles. 

Jusqu’à peu, leur circulation sur la voie publique ne faisait l’objet d’aucune réglementation : il existait un flou juridique. Une évolution était donc urgente et nécessaire pour encadrer leur utilisation et contribuer à une meilleure cohabitation avec les autres usagers. 

En octobre 2019, un décret crée de nouvelles dispositions dans le code de la route en en y intégrant une nouvelle catégorie de véhicules : les EDPM, engins de déplacement personnels motorisés.

La loi précise qu’un EDPM est un véhicule sans place assise, dépourvu de tout aménagement destiné au transport de marchandises et dont la vitesse maximale par construction ne dépasse pas 25 km/h. 

 

Leur conduite est interdite aux moins de 12 ans, et il est interdit d’y monter à 2, encore moins avec un enfant.

 

Le téléphone est interdit en circulation, tout comme il est interdit de se déplacer avec des écouteurs ou tout autre appareil audio. En effet, après la vue, l’ouïe est le sens le plus sollicité au volant.  Le son fait partie intégrante de la conduite : klaxon, moteur de voiture, des freins qui crissent… autant d’informations sonores qui peuvent alerter sur la route.

 

En cas de non-respect de ces règles, vous vous exposez à une contravention de 4e classe : 135€.

 

* Étude de la Fédération Française de l’Assurance (FFA), d’Assurance Prévention et de la Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité (FP2M), réalisée par Smart Mobility Lab. Etude quantitative réalisée en 2 temps : du 21 février au 5 mars 2020 auprès de 5 014 répondants et du 5 au 11 septembre 2020 auprès de 1 013 répondants France entière âgés de 18 ans et plus. Etude qualitative réalisée auprès de 65 participants au sein de 8 focus groups à Paris et à Lille du 21 au 31 janvier 2020.

 

Assurance, équipements, règles de circulation... Formez-vous et testez vos connaissances sur les EDPM sur https://www.trott-safe.fr.

Les modules vidéo Trott' Safe ont été créés par Two Roule pour Assurance Prévention, l'association des assureurs français.